LA COULEUVRE A COLLIER

LA COULEUVRE A COLLIER

 

Voici le printemps, et la couleuvre à collier compte bien se marier ! elle sort de l’hibernation, nous sommes en avril mai,

 (image de Photographie : P. TRECUL
28 – 02 – 2007
La Barre des Monts (85))

Elle serpente, c’est le cas de le dire, entre les hautes feuilles , sur un terrain humide à souhait, c’est là son univers, l’eau et la terre !

doucement sans bruit elle longe l’étang et s’y engouffre de temps en temps,

une grenouille vient de passer, et la couleuvre est prête à l’avaler, ici c’est le supermarché où l’on trouve de bonnes cuisses de batraciens !

mais la grenouille habile cette fois ci s’échappe au plus vite, pourtant la couleuvre est une experte en chasse de poissons et de grenouilles les avalant directement vivant sans les étouffer ! gloups !

sssssssss pas contente la couleuvre, 

hé hé ! je l’ai échappé belle ! zavez vu mes cuisses musclées ?

 

la couleuvre à collier semi aquatique à beau essayer de plonger avec sa dextérité qui la caractérise des autres serpents ! mais aujourdh’ui rien ! c’est que peut être la couleuvre n’est plus si habile, et que , doucement en vieillissant elle s’échappe de son biotope, préférant même les hautes altitudes (2 000 m) sa nourriture alors changera en menu du jour : petits mamifères ! gare à vous !

Dans la famille couleuvre le mâle mesure 1 m 10 et la femelle 1 m 60 ! leur corps est gris , des tâches noires sur le dos en forme verticale, et autour de la tête un anneau jaune-blanc, le fameux collier ! la rendant séduisante tout aussi inquietante !

sssssssssssss la voici encore qui glisse en courbe sans un bruit, elle n’est pas si rassurée que cela, elle est même très craintive et s’échappe au moindre danger.

 

Voici donc quelle entend du bruit, un hérisson passe par là, un hérisson qui pique et qui pique, c’est déplaisant ces mamifères là ! la solution sssssssssssss, c’est de siffler pour faire fuir l’animal ou l’humain qui se trouve sur sa route, la couleuvre à collier fait peur à bien des gens et animaux, et pourtant c’est elle la craintive, dès qu’elle ressent pour elle un danger, vite elle s’enfuit, avec ses courbes ondulantes, entre les feuilles et les branches,

mais ce jour-ci, alors qu’elle était là , à se reposer, sous les rayons chauds et caressant, elle fut surprise par un animal qui se posait là tout à côté d’elle, une sorte de félin, mais ce n’était qu’un chat sauvage, ayant une très grosse faim,

alors après des regards perçants pour intimider l’animal dangereux, la couleuvre se mit à siffler , comme elle en a l’habitude en cas de danger, le chat alors gonfla sa queue, mais se dit que peut être il serait bon d’aiguiser ses griffes sur cette espèce de chose sans patte,

il s’approcha , allait il arriver à lui faire du mal ? le sifflet ne lui faisait plus peur, 

 

 

c’est à ce moment là que la couleuvre se servit de son arme secrète, un liquide anal d’une odeur pestilentielle, oui ! elle expulse   des excréments imprégnés d’une odeur nauséabonde, si jamais vous y touché il vous faudra vous laver plusieurs fois tellement l’odeur est tenace ! 

pouah ! le chat se carapata, 

ouf, la couleuvre poursuivit alors sa route,

mais la nature a bien des dangers, un renard vint à passer, hou la la ! se dit elle, ? allait elle se servir de son liquide nauséabond une autre fois allons bon ! 

l’animal roux aux yeux malin s’approcha prudemment, et se dit, qu’à défaut d’une poule, peut être que cette longue saucisse serait excellente,

 

alors la couleuvre pleine de peur, utilisa sa troisième arme, non pas le sifflet, non pas son gaz dégoutant, mais elle fit tout simplement la morte !

 

 

Enfin , le renard parti chercher ailleurs un autre repas, pas question de manger cette chose bizarre la bouche ouverte par terre !

 

La couleuvre, va continuer sa route, parmi les cailloux, roches, herbes hautes, et la chaleur, espérant que personne ne viendra la déranger, quant ! tout à coup !!!!!!!! un beau spécimen passe non loin de là !

waouh !!!! un mâle ! un vrai ! un dur ! un tout musclé ! yesssssssssssss !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

je vous met un lien, c’est une sex-tape , vous verrez que la femelle est une cougar, elle est plus agée que le jeune mâle,

La couleuvre à collier va pondre ses oeufs de juin à aout,  soit un total de 5O voire plus d’oeufs, ils sont de formes ovales, la couleuvre aura pris soin de les pondre dans un endroit chaud et humide !

Deux mois passent, et les bébés sortent de leur oeufs, ce sont des couleuvreaux, ils mesurent 18 cm, ils mangeront des têtards et toutes petites bestioles .

Voici la nursery , vous pouvez voir les oeufs ovales , blancs, d’une coque un peu elastique, ils sont aussi appréciés par les corbeaux, les belettes, fouine etc….

Notre Couleuvre à collier, a pû nous faire tout ces bébés, parcequ’elle est fécondable à partir de 4 ans, elle vivra à peu près 25 ans !

 

Mais ! avant qu’elle se meurt, laissons là hiberner, c’est ainsi qu’elle continue sa course à travers les chemins , les ronces, se cachant de temps en temps pour éviter un danger, comme des promeneurs qui risqueraient par peur de la tuer, ors, elle n’est pas dangereuse sachez le ! c’est même un animal protégé.

la voici donc qui cherche un hibernaculum ! elle le trouvera soit en s’accaparant d’un terrier, soit dans un endroit chaud entre deux rochers , ou bien dans des amas de bois pourquoi pas !

Lorsque la période de l’hibernation est terminée, c’est ainsi que la couleuvre à collier sortira, sentant les premiers rayons du soleil, pendant que les mâles réveillés avant elles, chercheront les femelles, et hop,  en s’enlaçant à nouveau, d’autres oeufs arriveront,

notre couleuvre s’en ira mais reviendra dans son hibernaculum dès l’automne après des voyages et promenades d’environ 15 km de son lieu de cachette pour l’hiver,

 

Laissons faire les choses , et laissons la dormir bientôt l’automne, la couleuvre à collier va bien dormir,

 PS/ Merci pour vos commentaires sur mon billet pause, et pour vos petits coucous entre deux, c’est très gentil,  merci de tout coeur

 

Julie