une autre histoire de travestissement

LA TAUPE

Vous connaissez sans doute cette expression ! bah oui, une taupe estun espion, et un drôle d’espion qui aurait fait croire pendant des années qu’il était une femme !

l’affaire à fait parler, je vous rappelle l’histoire :

Pendant 20 ans ! la DST mettra tout se temps à trouver shi peipu et son compagnon Bernard Bourcicot

SHI PEIPU est un Chinois qui est artiste lyrique ! il se produit au théâtre, à l’Opéra ! il est hyper de chez hyper intelligent, complètement spécialiste de la langue française on le dit même virtuose de la langue ! il écrit donc dans un style merveilleux !

Il a 26 ans , et se maquille si bien qu’avec son allure androgyne il ressemble à s’y méprendre à une femme !

Il a beaucoup de succès auprès des hommes qui le prend pour une belle asiatique !

Bernard Bourcicot, a 20 ans il est issu d’une famille toute simple bretonne, et il travaille à l’ambassade comme préposé aux chiffres !

et c’est à un spectacle que flash, coup de foudre, pour Shi !

Shi est donc un homme, et Bernard est horrifié, penses oh non je suis amoureux d’un homme non non, et il veut pas, mais……

SHI lui dit, non non, je ne suis pas un homme depuis que je suis petit on fait croire cela car je fais partie d’une famille de mandarins, et si ma mère avait dit que j’étais une fille, mon père alors aurait pris une troixième épouse pour avoir un garçon, mon amour , aimes moi je suis une fille !

smakkkkkkkkkkkkkkk et tout le zoing zoing tagada craque boum hue

Nous sommes en 1965 un an après leur rencontre, et donc Bernard est follement amoureux, il pense même qu’il a défloré sa  conquise, car il a vu une goutte de sang sur sa cuisse, pfffff, il lui fait cracrac sans rien s’appercevoir, et comment ?

lisez je vous le dirai apres, lol, non mais, je vais pas vous laisser comme cela,

bon on continue, apres un an qui sont ensemble, vla ti pas que Bernard est muté en arabie saoudite, et Shi lui annonce qu’elle est enceinte !!!!!!

En 1969, Bernard revient en  Chine avec un poste d’Archiviste et de préposé à la valise diplomatique !

Bernard cherche son amoureuse dans cette ville en pleine révolution et il l’a retrouve ! il est heureux, elle lui annonce la naissance de son fil SHI DUDU

et elle lui dit  » mon chéri, je ne peux te montrer notre fils, il est caché chez des paysans, tu sais que la politique actuelle en Chine a changé, et d’ailleurs je n’ai pas le droit de fréquenter des Européens ! c’est interdit !

Mais l’amour impossible rend les choses romanesques, et Bernard voit sa princesse tous les 15 jours, hélas un jour SHI fut arrêtée et mise au poste pour liaison interdite

Quoi que il va se passer hein ? c’est quoi le piège hein ?

Un homme haut placé autorise SHI à avoir une relation avec Bernard sous obligation de lui enseigner les pensées de MAO

Donc Bernard pour pouvoir sauver son fils et l’amour de sa vie, commenca à donné des informations ! et des infos carrement au ministère de l’Intérieur Chinois

Pauvre Bernard il devient une Taupe, transmet des documents pour l’amour d’une femme et d’un fils, qu’il va voir d’ailleurs, mais le sort fait qu’il doit repartir, et il vivra une séparation de 7 longues années avec Shi, mais pour la voir Bernard revient avec des documents pour l’ aimer encore et encore sa merveilleuse femme !

1982 Shi arrive à Paris avec son fils , mais, la DST  veille, et trouve des choses un peu louches, bon je vais pas tout vous dire sinon le billet va être long , mais toujours est il , que vla ti pas, que coup de filet ils sont tous les deux arrêtés et accusés d’espionnage, les allées venues de cette chinoise à alerté la DST.bon ya pas eu que cela, car ce fut une longue enquête.

Bernard, explique, ma femme est une femme, elle s’est fait passée pour un homme parceque…..et il raconte son histoire d’amour et pourquoi il a fait la taupe

Shi avoue qu’il est un homme, il a tout d’un homme, vous savez le truc et les machins , bon…. et puis on le dit à Bernard qui dis NON NON c’est pas possible, et alors Shi lui montre, tiens voilà,

Bernard est affreusement malheureux, et dire que ce petit garçon n’est qu’un mensonge aussi, il n’est donc pas papa, quelle horreur !

Bernard a voulu se suicider en cellule

Et en plus il a été la risée, on lui a poser des questions intimes extrêmement gênantes, voici un copié coller de l’interrogatoire

«Au lit, ça se passait comment?

­ On s’embrassait dans le noir, furtivement. Il me guidait pour le pénétrer… Quant à cette histoire d’enfant, je ne suis pas allé vérifier…

­ Mais vous n’allez pas éluder comme ça. Vous avez dit que rien ne la distinguait d’une femme ordinaire.

­ Je n’ai jamais vu son sexe complètement, avoue Bernard Boursicot. Il était très pudique. J’ai cru que c’était une coutume chinoise. Quand il était morose, je lui disais: « Ça ne va pas bien, tu as tes règles? Il me répondait: « Mais comment le vois-tu? »»

Avant d’«enfanter», Shi Peipu a poussé la duplicité jusqu’à «avorter»: «Elle avait grossi et puis elle a prétendu avoir jeté l’embryon dans les toilettes. Je n’y ai vu que du feu. C’est un coup machiavélique.» Le chanteur lyrique a même acheté un enfant du Xinjiang, de l’ethnie ouïghoure, qui peut passer pour un métis d’Asiatique et d’Européen, l’a confié à une nourrice avant de l’adopter en 1973: Shi Dudu.

Grand-Guignol». A la barre, un médecin a rapporté le subterfuge mimé lors de l’examen par Shi Peipu qui «a occulté sa verge avec les plis du scrotum, ce qui, à condition de serrer les cuisses et d’avoir un partenaire fort crédule, peut, à la faveur des pilosités, prêter à confusion». Les psychiatres ont tenté de cerner «l’univers assez énigmatique» de ce couple d’espions, l’idylle entre l’attaché d’ambassade à «la personnalité mal identifiée, ambivalente, fascinée par l’imaginaire et la plasticité», et l’amant chinois, «immature et inhibé, sauf au théâtre». Le commissaire Raymond Nart, de la DST, a stigmatisé «les inconscients» du Quai d’Orsay qui ont «envoyé ce personnage fragile, Boursicot, à Pékin» et a démonté «un magnifique montage des services spéciaux chinois». L’avocat général a embrayé sur le «complot» des maoïstes qui ont manipulé de A à Z Shi Peipu. Un «acteur» à la hauteur de ses maîtres pour embrigader Boursicot: «Du grand théâtre, du Grand-Guignol, qui plus est de la part d’un homosexuel notoire.» L’avocat de la défense, Henri Leclerc, a plaidé que Boursicot n’a jamais transmis de documents sur la France, pas même le compte rendu d’un entretien entre Mao Zedong et le ministre français des Affaires étrangères, «pour ne pas nuire à son pays»: «Si

intelligence avec l’ennemi il y a, c’est à un degré zéro. Et que m’importent les mirages de la sexualité chinoise, Boursicot croyait ferme que Shi Peipu était une femme et la mère de son enfant, et a été emporté en même temps dans un maelström révolutionnaire.»

Voila Bernard a eu six ans de prison ainsi que Shi

Shi fut gracié par François Mitterrand et continua à vivre à Paris où il mourut à l’age de 70 ans

On fit un film et une pièce, MADAME BUTTERFLY

Bien honorables lecteurs de mon bloguinet du blabla de l’espace, j’espère que vous avez aimé cet article, je vous salue humbles personnes car le soleil levant m’appelle, bisous tchin tchin, bisous,

Publicités