L’ABBE DE CHOISY

L’ABBE DE CHOISY
 
Dans un billet précédent je vous avais parlé du Chevalier d’Eon,  et bien un autre travesti célèbre va marquer l’histoire, voici un petit billet sur lui,
 
L ABBE DE CHOISY
Cet homme est le né en 1644
Depuis qu’il est enfant sa maman l’habillait en fille, et d’ailleurs elle lui disait « ma fille »
pourtant son nom est bien Francois Timoléon
Le voila  donc poudré, parfumé, jolis juppons , fanfreluches, rubans
sa mère ne voulait pas qu’il ai de poils, et on lui appliquait des remèdes pour éviter la pilosité
Cette maman quelque peu curieuse, avait eu d’autres enfants, mais celui ci , ce petit dernier, elle l’a eu tard, a 40 ans ,
c’était son chouchou !!!!!!
Mais Francois avait un pote, et voui ! et qui ? le petit Monsieur, soit Philippe d’Orléans duc d’Anjou et de plus , frere de Loulou, heu Louis 14 !!!!!!!!!!!!!!!
le point  commun entre Philippe et Francois, c’est que Mazarin faisait habiller Philippe de la même façon !!!!!!!!!!!!!!!!  tout cela par stratégie, ainsi Philippe efféminée ne pourrait se retourner contre son frère !!!!!!!!!!  
Du  coup Philippe se faisait appeler « mademoiselle »
Question sexualité, François aimait se travestir mais adorait les femmes et du coup il tomba amoureux grave de Louise de la Valliere (vous savez , elle a été la favorite du Roi)
par  contre Philippe lui il aimait que les garcons, les mignons comme on disait à l’époque
les deux potos, Francois et Philippe, firent une petite fugue, hop ils rejoignerent une troupe de  théatre, ainsi déguisés en femmes ils s’épanouissaient, et Francois tomba amoureux de Mademoiselle de Montfleury mais maman veille,  et hop illico presto francois du revenir pres de sa mère,
snif, Francois etait triste, et se plongea dans les études et fut nommé Abbé a l’age de 19 ans !
mais un abbé me direz vous, à une tonsure ! qu’importe, une perruque dans ses  baggages et vetements de femmes et voila que notre abbé en cachette se revetit et se maquilla
A 25 ans l’abbé appris le déces de sa mère,  la seule chose qu’il prit en héritage, fut, les robes, bijoux, dès lors on le vit mouche sur le coin de la bouche, pendentifs aux oreilles !
il n’hesitat plus , imposa ses robes , coiffure tip top fashion, il se rendit chez sa copine, Madame de Lafayette, et à ce jour Mademoiselle de Sancy vit le jour !
Malheureusement il du redevenir homme ! bon il achete un chateau, le chateau de Crespon et pis zut quoi non mais ! il  devint la Comtesse de Barres, impossible de revenir à la cour, en tant que femme, donc il resta dans son fief, trankillos
Mais il commenca a se faire connaitre dans son coin (Bourges)
il eut une aventure avec une demoiselle vierge Agnès de la Grise, qui n’a rien compris, bref, crac crac,
aimant le théatre depuis toujours, il fit apprendre le théatre a Agnes
et puis il tomba amoureux d’une autre personne, Roselie, une comedienne, celle ci fut déguisée en homme !!!! jusqu’à sa grossesse, ou elle remit des vetements de femme, heu a rien y comprendre !!!!!!!!!!
François, remit sa soutane, bah oui ses freres ayant tout decouvert !!!!!(franchement de quoi ils se melent les  gens ils peuvent pas laisser les autres tranquilles ! fffff)
 il fut ruiné, et garda donc sa soutane mais  avec ses pendentifs aux oreilles
hé hé, on pouvait voir quand meme quelques dentelles dépasser de sous la robe de l’abbé
Du coup, on l’appella l’ABBE MADAME DE SANCY
Force de  cela, rebelotte, et que je remet mes robes, et que je me reçois des moqueries dont j’en ai rien a faire, robes sompteuses, fourrures,
il imposa le respect !!!!!
et paf, et le must oui le must , toutes ses robes furent de couleurs blanches et noires, couleur eclésiastique
et Zut !!!! a nouveau il se ruina  ! fffffffffffff il va perdre son abbaye !!!! c’est malin !!!! bon le Cardinal de Retz le pris comme conclaviste
Ensuite il parti au Siam (mission etrangère)et là se mit à écrire , a nouveau avec ses robes,(mais en cachette) il fut réabilité et  reçut la charge de prévot de l’abbaye de st benoit du sault ,  le bol !!!!!!
bah non !!!!  il continua a se ruiner a nouveau  rrrrrrrrrrrrrrrrrrrr
et le plus horrible de chez horrible, son ami, son amie, enfin, Monsieur, Philippe, meurt !!!!!!
a l’enterrement, Francois sous voile noir et pendant d’oreilles en diamant suivait le cortège, vous savez de qui je parle,…… mais chut ! cette dame etait bien etrange et si triste !
Ensuite, grosse depression , il se mit a l’écriture a nouveau, mais franchement plus rien n’avait de plaisir a ses yeux, il fit un livre « l’histoire de l’église » en 11 volumes !!!!!
c’est tout, c’est son dernier livre
parceque il y a une fin, oui, le 2 octobre 1724, sa mort fut annoncée, et ses dernières volontés , furent exécutées, tenir dans ses mains ses boucles d’oreilles , !!!! il est ainsi dans son cercueil,
 voici un copié collé d’un article que j’ai trouvé sur intenet je pense que c’est mieux ecrit que moi
 

M. l’abbé n’avait rien d’un ecclésiastique. Fort oublieux des devoirs de sa charge, il faisait tout pour qu’on le prenne pour ce qu’il n’était pas: une femme. Depuis sa plus tendre enfance, François-Timoléon de Choisy s’habillait de dentelles et de fanfreluches et se frictionnait le cou et le visage «avec de l’eau de veau et de la pommade de pieds de mouton» qui rendaient éclat et blancheur à sa peau. Le travestissement n’était pas exceptionnel sous Louis XIV. On vit un abbé d’Entraigues donner dans les mêmes habitudes et une Madeleine d’Aubigny se vêtir en homme avec un souci si vif de l’authenticité que des femmes s’éprirent d’elle.

Mais notre abbé alla fort loin. Non content de jouer sur les les héroïnes de Corneille, il éprouvait le plus grand plaisir, sous le nom de la comtesse des Barres ou de Mme de Sancy, à séduire des adolescentes habillées de préférence en garçons. C’est ainsi que cet homme fardé et couvert de bijoux engrossa un jour une de ces filles costumée en jeune comte.

 

Mais Dieu veillait. Touché par la grâce après que la maladie eut failli l’emporter, Timoléon rompt avec son passé de flambeur et de mauvais chrétien et retourne à la religion. Il participe même à l’ambassade pour le Siam envoyée par le Roi-Soleil avec mission de convertir le roi de ce pays du bout du monde. L’échec de l’entreprise ne le décourage pas et de simple abbé tonsuré qu’il était il se fait prêtre. Sa prédication est écoutée.

Dévot, il se met à écrire dans la même année (1687) une Interprétation des Psaumes avec la vie de David, une Vie de Salomon et son Journal du voyage de Siam dont l’auteur de cette biographie, Dirk Van der Cruysse, vient de publier une édition critique. Elu à l’Académie française, l’abbé de Choisy se mue en un infatigable polygraphe, traitant à tout va d’histoire et de morale. On dit que sur ses vieux jours, le démon de la féminité ne l’ayant pas tout à fait quitté, il écrivait ses ouvrages de piété revêtu de ses anciens atours. Il sera – presque – rentré dans le rang avant de rendre son âme à Dieu qu’il avait, ma foi, fort maltraité.

j ‘espere que je vous ai interessé
bisous à vous
tous !!!!!
JULIE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités