journee cata

 BON TEXTE D’IMPROVISION POUR AVEC LES MOTS IMPOSES  AGENDA CRAYON JAUNE NOIR FUSCHIA ARGENT FLEUR CURE DENT
J’AI PAS FAIT UN POEME J’AI PREFERE UN TEXTE, VOILA J’ESPERE QUE CELA IRA, BON JE VAIS PEUT ETRE PAS GAGNE NI TOUT COMPRIS MAIS J’ESPERE QUE CELA IRA UN TI PEU QUAND MEME MERCI GISELE DE M’AVOIR ACCEPTEE A CETTE PARTICIPATION
 
 
 
 UNE JOURNEE CATASTROPHIQUE
MAIS UNE JOLIE FIN
 
 
 
Assise devant mon bureau, je regarde l’agenda posé devant moi, je tourne les pages et vois les jours qui s’effacent, les anciens jours, les nouveaux jours, les jours et les jours,
 
je ne sais pas ce qui m’arrive, je me sens lasse, ce matin il a fallut se réveiller, ce maudit réveil qui me prévient que l’heure est au levé, et puis, j’ai cherché mes chaussons, enfin mon chausson,il faut vous dire que  tous les matins j’en ai un qui disparait ! alors assise sur mon lit je baisse la tête et regarde sous la literie,mais,  je n’y vois que des moutons ! je me demande alors qui  peut bien dans cette maison voler les chaussons et les chaussettes ! quel mystere !
 
tampis aujourd’hui j’ai mes deux chaussettes, oui bon une jaune et une noire, mais qu’importe sur le parquet elles me glisseront jusqu’à la cuisine.
 
la cafetiere est là, mais je dois attraper le filtre, et puis ouvrir la boite à café, et puis mettre l’eau dans la machine, et puis oh, oui dur appuyer sur le bouton,
 
je fais la mou, mes yeux sont à moitié fermé, mais pourquoi j’ai regardé hier soir la télé, cette deuxieme partie où de gens parlent de leur problemes alors que je n’ai que cela des problemes,
 
bref, ma tartine vient de s’echapper en grand bruit du toasteur, forcement elle est à moitié grillée, la confiture dégouline sur mon doigt et le télélphone sonne, ……..
comment attraper ce portable posé où, je ne sais où !!!, je l’entend,!!! je glisse avec ces maudites chaussettes, et la ceinture de mon peignoir se coince dans la poignée de la porte !! ahhhhhhhh
je n’arrive pas à me dégager, enfin, à quatre pattes j’essaie d’attraper le portable que je vois sur la petite table basse caché par quelques magazines,mais,  la sonnerie n’arretes pas d’emettre cette débile mélodie, mince, je n’arrive pas à l’attraper, je prend donc la balayette posé à coté de moi je ne sais pourquoi, et j’essaie toujours coincée par ma ceinture à la porte de me servir de cet ustensible pour faire venir vers moi cet engin telephonique.
 
apres quelques suées je me dis que j’aimerai etre mc gyver !, ouf, le portable est là dans ma petite menotte, ce beau portable argent que j’ai eu en promotion et pour lequel je me suis fait avoir avec ce forfait inutile, enfin, mon doigt appuie sur le telephone vert, et puis plus rien, mais qui a voulut m’appeler qui? je regarde et je vois appel privé !
bon je suis toujours accrochée a la porte , je dois m’evader, je vais louper mon train, et j esuis pas maquillée ni habillée, idée génial j’ote mon peignoir, et me voila en petite tenue, avec ma chaussette jaune et l’autre noire, quand ,soudain, j’entend un bruit dans le couloir, !
 
je prend le pot de fleur  qui est à ma portée, et le lève au dessus de ma tête afin de le jeter sur le mystérieux individu qui vient d’entrer chez moi, plus un bruit sauf les claquements de mes  dents, puis, des bruits de pas dans le couloir, ahhhhhhhh, je me colle contre la tapisserie couleur fuschia afin d’essayer de me confondre , helas je suis blanche comme un lavabo et on ne voit que moi ! moi et mes chaussettes de toutes les couleurs et mon pot de fleurs au dessus de ma tete, ……….
les pas se rapprochent?…………………
 
, puis une voix,
 
julie’ tu es là , julie !
 
mince !!!!!!!! c’est mon collègue de travail qui devait venir me chercher, c’est vrai je l’avais oublier,c’est donc lui qui essayait de me téléphoner !
 
 
"reste ou tu es s’il te plait " lui dis je pas un pas de plus,
 
heu ? Rétorqua t il ébêté !
 
alors je laisse tomber le pot de fleurs, prend la carpette et m’enroule dedans, pour qu’il ne me voit pas en slip et  chaussettes de toutes les couleurs et sort  ainsi de ma cachette.
 
je vois bien que mon collègue me trouve bizarre
et la je déclame
"rome, unique objet de mon ressentiment, rome……….. et patati et patata
et je lui dit en sautillant :
 
"oh patrick ! excuses moi, je répètait une partie de la piece que je joue bientot"
et en sautant a pied joint je me dirige vers la salle de bain en continuant mon monologue,
 
j’ai senti comme un malaise d’in compréhension, et apres avoir fait tomber le verre à dent, apres mettre enervée à trouver une tenue a peu pres correcte, apres apres et apres, je sorti en nage de la salle de bain, mon sac à main en bandoullière, et lui dis en souriant bêtement ba on y va
 
alors mon collègue toujours les yeux équarquillés me dit
 
"oui oui alons y"
 
c’est alors que dans la voiture qui nous menait au bureau, pas un mot ne sorti de nos bouches respectives, je sentais que j’avais du lui paraitre bien curieuse, et puis à un moment il me dit
 
"julie, tu n’es pas en train de nous faire une petite depression ?"
 
"non non patrick , tout va bien , je t’assure !"
 
"alors pourquoi que tu as sur la tête ta charlotte à douche ?"
 
"ahhhhhhhhhhhhhh ! " la honte la honte, j’avais oublié d’oter ce sac plastique sur ma chevelure,
 
 
Le monde s’ecroulait, et je me suis retrouvée assise devant mon bureau, face à cet agenda , regardant les collègues passer à la photocopieuse, regardant ma copine et son eternel cure dent dans la bouche, chose qui m’enerve, et je me suis dit mais c’est quoi ma vie !!!!! je griffonai alors ces quelques mots avec mon crayon sur la feuille de mon agenda avec un gros point d’interrogation !
 
 
alors vous n’allez pas me croire, mais, mon collègue patrick, vint vers moi, m’invita au restaurant le midi, et me pris la main, et se mit à rire,
"Julie tu es un pitre, et c’est cela qui me plait en toi"
ma tete a fait comme une explosion,
j’ai bafouillé,dit des choses comme aga aga enfin un espèce de bredouillage incompréhensible, et je me suis retrouvé dans un baiser des plus magique !
 
 
FIN !
 
Publicités