POEME Pour ma fille et tous les enfants je pense

 
 
 
 
 
 
 
 
LES CHEVAUX
 
 
 
J‘ai vu la barrière s’ouvrir
sur les près et les collines
J’ai vu les chevaux  courir
leur crinière au vent s’évanouir !
Je les ai vu ruer
je les ai vu galoper           
Ils étaient beaux
ces jolis chevaux !
Comme ils étaient jeunes
au printemps de leur vie,
ils étaient galopant,
courant contre le vent,
fougeux et content
de cette Liberté !
 
 
Je ne les ai pas quitté des yeux
les regardant en pleurant un peu,
me disant que le spectacle était un si beau moment,
me disant que cet instant était un passage douloureux!
et même si au plus loin que mon regard puisse
et même en ne voyant plus qu’un point,
je serais toujours là !
attendant qu’un jour ils puissent revenir
près de la barrière de la maison
qui sera toujours ouverte !
 
 
 
Ils m’ont fait penser à toi,
Ces chevaux courant
Mon Enfant !
 
 
Julie octobre 2009
 
 
Publicités